ArtWay

The elitism, commodification and commercialisation in the current contemporary art world need challenging, and Christians should be prepared to do that. Adrienne Chaplin

Articles

Martine Grenier: Henry Moore L’Upright Motive n°1

L’Upright Motive n° 1 de Henry Moore : une œuvre chrétienne ?

Par Martine Grenier, Institut Protestant de Paris

Faut-il interpréter l’Upright Motive n°1 ou Croix de Glenkiln (1956) du sculpteur anglais Henry Moore comme une œuvre profane ou religieuse ? À partir d’une analyse de cette sculpture et de l’interprétation que Moore lui-même en propose, Martine Grenier propose une réflexion plus générale sur la portée religieuse de l’art contemporain.

L’Upright Motive n° 1 est aussi nommé Glenkiln Cross du nom du lieu où se dresse la première fonte du sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986) : le sauvage paysage d’Écosse qui entoure la ferme de l’amateur d’art Sir William Keswick. Réalisée en 1956, l’œuvre témoigne d’une époque où l’artiste, Lauréat de la Biennale de Venise en 1948, jouit déjà d’une large reconnaissance. Les commandes abondent et le sculpteur donne libre cours à son activité créatrice.

L’Upright Motive n° 1 semble être le seul exemple dans la production de Moore d’une œuvre religieuse créée spontanément, sans commande. Le sculpteur s’est exprimé à ce propos et son interprétation a ouvert une polémique. Ainsi, Moore a-t-il déclaré : « J’ai commencé en équilibrant différentes formes les unes au-dessus des autres – le résultat ressemblait plutôt aux mâts totémiques du Nord-Ouest américain –, mais au fur et à mesure ma tentative gagnait en unité et devenait peut être aussi plus organique – et puis l’un de ces mâts (appelé plus tard la Glenkiln Cross) prit la forme d’un crucifix – une sorte de corps épuisé et une croix se fondirent en un seul mât. » Plus tard, lors de l’inauguration des fontes des Upright Motives n° 1, n° 2 et n° 7 présentées dans le jardin de sculpture du Kroller Museum d’Otterlo où les trois œuvres sont groupées avec au centre la Glenkiln Cross, il ajoute que ces œuvres « prennent l’aspect d’une scène de crucifixion qui se découperait sur le ciel à Golgotha. Mais [précise-t-il], je n’attends pas particulièrement des autres qu’ils voient ce symbole dans le groupe ».

Read more